Saint-Donat - Mes souvenirs

"J’étais attirée par Saint-Donat, afin d’y rencontrer Marie-Claire Alain, directeur artistique du festival mais surtout sœur de mon compositeur préféré: Jehan Alain "

Helga Schauerte à l’orgue de Saint-Donat en 1977 (photo : Jean-Luc Danquigny)

J’arrivais à Saint-Donat le jeudi 28 juillet 1977 au milieu de la nuit. J’avais vingt ans et allais participer pour la première fois aux rencontres franco-allemandes. Les trois garçons que j’emmenais avec moi dans ma voiture étaient des habitués qui connaissaient bien le village. Très fatigués du long voyage on montait la colline et se garait devant la collégiale dont toutes les portes étaient ouvertes ; à la lueur de nos torches on montait l’escalier qui nous amenait dans l’immense dortoir destiné à accueillir les jeunes allemands.


Les autres stagiaires de cette XIIIème Rencontre Internationale arrivèrent le lendemain. Il y avait vingt-six allemands, neuf français et deux italiens. Pour beaucoup d’entre eux c’était des retrouvailles chaleureuses. Outre les activités instrumentales et chorales les buts des rencontres étaient le contact avec les habitants, les excursions et visites de la région, ainsi que les activités de détente et de loisir. L’ambiance était plutôt à la rigolade, sauf pendant les répétitions de la chorale qui travaillait sérieusement le répertoire pour le concert que les stagiaires offraient aux habitants en guise de remerciement. Je passais beaucoup de mon temps libre sur l’orgue dont le touché me plaisait énormément et cette année-là je présentais lors du concert des stagiaires une interprétation de la Toccata dorienne de J. S. Bach que Jean-Luc Danquigny, directeur de la Maison des Jeunes et de la Culture, qualifia d’aussi magnifique que celle entendue par Marie-Claire Alain.


Si j’étais attirée par Saint-Donat, c’est aussi dans l’espoir d’y rencontrer Marie-Claire Alain, directeur artistique du festival mais surtout sœur de mon compositeur préféré. Après notre première rencontre je décide de revenir l’année suivante afin de participer à l’académie d’orgue qui précédait depuis 1975 le Festival Bach. C’est alors en 1978 et en 1981 que le CMI m’engage comme directrice de la chorale. En 1981, le chœur formé par les jeunes du stage franco-allemand participe pour la première fois au concert de Marie-Claire Alain en interprétant quelques chorals de Bach.


Nous ressentions parfois quelques réticences de la part de certains habitants du village. En effet, jusqu’en 1981, nous ignorions totalement le drame que Saint-Donat avait vécu pendant la guerre sous l’occupation. Ce n’est que lors des XVIIème Rencontres franco-allemandes que le docteur Henri Lémonon nous révéla les raisons humanistes qui l’avaient poussées en 1962 à fonder le Festival Bach et à faire construire à la collégiale un orgue dédié à servir sa musique ainsi que d’y associer des rencontres franco-allemandes. C’est devant le respect et l’admiration de ce travail de pardon que se dessine peu à peu ma propre orientation : en 1983, je dédie mon ouvrage sur le compositeur Jehan Alain (1911-1940), lui-même mort à la guerre « aux habitants de Saint-Donat et aux Rencontres Franco-Allemandes qui y ont lieu. Puisse la musique faite ensemble contribuer à approfondir l’amitié entre nos deux peuples. »


Dès lors mon itinéraire artistique est guidé par ces deux axes centraux : être au point de rencontre des musiques allemande et française ; mieux faire connaître l’œuvre de Jehan Alain dont l’authenticité me semblait en quelque sorte abimée par les conséquences de sa mort tragique et prématurée. Lors de ma recherche sur ce compositeur je découvre et me porte acquéreur d’une quarantaine de manuscrits musicaux, de photos, lettres et dessins, que j’expose régulièrement. Engagée par la maison allemande Bärenreiter j’édite dans leur collection « urtext » les œuvres complètes d’orgue de nombreux compositeurs français parmi lesquels Jehan Alain (3 volumes), Louis Vierne (15 volumes, en cours), Léon Boëllmann (6 volumes), Théodore Dubois (6 volumes, en cours) ainsi que des œuvres vocales et instrumentales de Marc-Antoine Charpentier (3 volumes). En tant qu’organiste j’ai gravé pour des labels allemand et français plus de trente Cds, parmi lesquels on trouve l’intégral Alain, Buxtehude et Bach (en cours), des Cds consacrés à Langlais, Boëllmann, Dubois, Clérambault, Corrette, Séjan, Buttstett, Walther, Reger ainsi que des programmes de récitals (la liste détaillée de mes publications est disponible sur le site). Titulaire de l’orgue de l’Eglise protestante allemande de Paris j’ai organisé des centaines de concerts qui favorisent les rencontres entre des musiciens allemands et français. A l’instar de l’enseignement reçu jadis à Saint-Donat je fonde enfin, en 2006, l’Académie Internationale d’orgue « Bach en Combrailles ».


Ma biographie est incluse dans l’International Who’s Who in Music, dans l’International Who’s Who of Women et dans 2000 Outstanding Musicians of the 20the Century. La qualité de mon parcours en faveur de l’amitié franco-allemande, parcours qui a pris son départ à Saint-Donat, est récompensée en 1987 en Allemagne par le Prix culturel Olpe.



Helga Schauerte et Marie-Claire Alain à l’orgue, entourées par des stagiaires


Copyrighted.com Registered & Protected

Registration number ZaIEVlMUwbE5jk3D